• Nous suivre
Publié le 16/06/2022

Juin I : Une nouvelle ambition climatique pour l’Union

Cette plénière a été marquée par des votes historiques de notre Parlement pour mettre l’Europe sur les rails de la neutralité climatique en 2050. 

Nous avons notamment entériné la fin de la vente des véhicules à moteur thermique en 2035, ou encore l’inclusion des secteurs de l’aviation et du transport maritime dans le marché européen du carbone, pour que ces secteurs payent enfin le prix de leurs émissions. 

La taxe carbone aux frontières et la montée en puissance du marché européen n’ont pas été votées. Des amendements de l’extrême droite adoptés avec le soutien de la droite ont amoindri les textes, les rendant moins restrictifs et plus longs à mettre en œuvre. Lors du vote final la gauche et l’extrême droite ont donc votés contre les textes. Ils sont donc renvoyés en commission.

C’est une perte de temps alors que l’urgence climatique est réelle !

 

État de droit en Pologne 

Alors que la Commission européenne a décidé de débloquer les fonds du plan de relance pour la Pologne, nous avons adopté une résolution condamnant fermement cette décision.

Le respect de l’Etat de droit n’est pas une option, et la situation actuelle ne doit pas nous faire oublier notre combat pour le respect des principes et valeurs fondamentales de notre Union. La Commission européenne doit continuer de bloquer les fonds du plan de relance Polonais jusqu’à ce que ce pays revienne sur sa réforme du système judiciaire et mette un terme à sa lente sortie de l’Etat de droit. 

Nous, parlementaires européens, y veillerons.

 

De nouveaux traités pour notre Union

Alors que la Conférence sur l’avenir de l’Europe s’est clôturée le mois dernier, de nombreuses demandes et attentes que les citoyens y ont exprimé nécessitent une évolution des traités européens. 

C’est pourquoi nous avons enclenché la procédure de révision des traités. Nous avons adopté une résolution qui indique dans quelle direction ceux-ci doivent évoluer. Elle prévoit notamment la fin de l’unanimité au Conseil sur toute une série de domaine : politique étrangère, énergie, défense... Le fonctionnement actuel à l’unanimité revient à donner un droit de VETO et un outil de chantage à chaque Etat membre, comme le montre l’attitude actuelle de la Hongrie sur les sanctions contre la Russie.  

 

Photo by Matthias Heyde on Unsplash
 

Tous les articles