• Nous suivre
Publié le 5/05/2022

Vote au Parlement européen sur les aires marines protégées en Europe

Bruxelles, le 3 mai 2022

Mais quelle mouche m’a piqué pour que j’en arrive à être qualifié d'« écocide » et de « climaticide », concernant la pêche dans les aires marines protégées?

Les aires marines protégées AMP, c’est aujourd’hui 45% des eaux françaises en métropole. Dans la plupart des AMP, la pêche peut y être pratiquée mais est régulée, limitée, voire interdite selon les zones.

Les AMP sont créées et leur zone choisie avec des mesures de protection qui leur sont spécifiques. C’est le cas, par exemple au large des pertuis charentais ou autour de l’île d’Yeu, où ce sont les oiseaux qui doivent être protégés.

Imposer l’interdiction depuis Bruxelles l’interdiction du chalut de fond dans les AMP, comme l'ont proposé certains de mes collègues?

Alors d’abord, ce serait peut-être bien de s’occuper de toutes les techniques de pêche. Selon les cas, d'autres pratiques peuvent avoir un impact également très important : la palangre sur les oiseaux, le filet sur les dauphins... Ensuite on gagnerait dans chaque AMP à regarder là où ce serait le plus pertinent et efficace d’interdire! Le chalut a un impact, c’est clair. Mais pas partout le même! Par exemple, dans les zones choisies pour protéger les oiseaux, interdire le chalut de fond qui se pratique sur...le fond de la mer, est assez peu utile pour protéger les oiseaux

Alors en résumé, ce sur quoi nous avons travaillé avec Pascal Canfin, c'est qu'on identifie les zones à risque par des études scientifiques, on s’intéresse à toutes les pratiques de pêche et on décide des zones où on interdit sur ces bases.

Mais entre les refus de ceux qui voulaient plus verts et de ceux qui ne voulaient pas bouger, il n’a pas été possible de déposer un nouvel amendement qui intégrait tous ces principes.

C'est donc l'amendement que j'avais déposé la semaine dernière et qui propose d'interdire les pratiques de pêche néfastes dans les aires marines strictement protégées (dont nous demandons qu'elles passent de 1% aujourd'hui des eaux européennes à 10%) sur la base d'avis scientifiques qui a été adopté par le Parlement européen par 319 voix contre 280.

Par ailleurs, côté engins de fond, dont le chalut de fond, nous demandons aussi à la commission européenne de lancer la cartographie des habitats sous-marins capturant le plus de CO2 pour y définir les zones qui seront interdites à cette pratique.

A quelques semaines de la présentation par la Commission européenne de sa proposition de Loi pour la restauration de la nature, le Parlement européen envoie ainsi un message sur la protection des océans

Tous les articles