• Nous suivre
Publié le 26/10/2020

Une politique agricole commune modelée pour nos agriculteurs bretons

Communiqué de presse de Pierre Karleskind et Marie-Pierre Vedrenne

Aujourd’hui, après plusieurs années de négociations, le Parlement européen a voté sa position sur la nouvelle politique agricole commune qui entrera en vigueur en 2023. Les députés européens Renaissance de Bretagne, Pierre Karleskind et Marie-Pierre Vedrenne se félicitent de l’approbation de cette position. 

Ils précisent : “Nous avons soutenu une PAC à la fois plus verte et plus protectrice de nos agriculteurs bretons. Nous nous félicitons de son approbation, car cette nouvelle PAC aura un impact direct pour eux. “ 

Le Parlement a approuvé des dispositions clefs, portées par les députés Renaissance : 

·        Le rétablissement des autorités régionales chargées de l’exécution et de la gestion, des fonds FEADER qui avait disparu de la proposition de la Commission. Quand les investissements ont une portée régionale, il faut que la Bretagne puisse participer ! 

·        Le doublement du versement des aides pour les jeunes agriculteurs. De plus, cette aide pourra être versée à l’actif et non pas à l’hectare, une première pour la PAC ! 

·        Le renforcement de la conditionnalité environnementale qui inclut désormais le respect de la directive nitrates et la directive-cadre sur l'eau. Les agriculteurs bretons respectant déjà ces dispositions, cela permet d’aligner leurs voisins européens à cet effort. 

·        Le plafonnement des aides à 100.000 euros par agriculteur pour encourager les nouvelles installations plutôt que l’agrandissement des exploitations. 

·        L’obligation pour les Etats membres de fixer les objectifs d'augmentation de la surface en agriculture biologique

Nous sommes aussi fiers que notre groupe Renew ait porté le concept des éco régimes :  30 % des aides serviront à récompenser les pratiques environnementales allant plus loin que les exigences minimales de la PAC actuelle. Ainsi, on récompense les efforts que font déjà beaucoup de nos agriculteurs bretons !” concluent Pierre Karleskind et Marie-Pierre Vedrenne. 

Tous les articles